Test – Assassin’s Creed II (Xbox 360)

On continue dans la migration des articles avec mon second test qui est celui de Assassin’s Creed II sur Xbox 360 que Okajeux m’avait prêté. Bref, un très bon, j’espère tâter au I et à Brotherhood d’ici la fin 2011…

Assassin’s Creed II, jeu sortit le 19 Novembre 2009, développé par Ubisoft Montréal et édité par Ubisoft qui vous met dans la peau de Ezio Auditore un jeune noble de la Renaisssance Italienne qui va être
trahi lui et sa famille par des familles influentes rivales. Après la mort de son père et ses frères il ne cherchera plus qu’à se venger en faisant subir le même sort aux tueurs de sa famille.

 

Prise en main et déplacement

La prise en main est très simple et après quelques minutes dans la peau de l’assassin vous saurez tout faire ou presque, la combinaison de deux touches est très simple ce qui vous offre un panel d’action assez grand seul bémol à force d’être habitué à courir sur les toits, il vous arrivera sûrement de deviez un peu de trajectoire et là il n’y aura pas de rattrapage sois vous tombez, sois vous sautez et là il ne vous restera plus qu’à remontez et recommencez. A part ce petit défaut le plaisir viendra très vite.

Graphismes

Les graphismes sont très soignés, les ombres, les lumières, la luminosité est très bien réglé en fonction de l’heure de la journée. Les toits et les murs des bâtiments sont très bien fait mais par contre les fonds de fenêtres sont souvent floutées et ce qui est très dommage. L’intérieur des maisons, sont souvent vides mais lorsque des objets sont là ils sont très bien modélisé.

 

Scénario

Le scénario de Assassin’s Creed II est tellement complet que l’on s’y perd facilement dans les noms des familles, des personnages que l’ont doit tuées. Ce scénario nous réserve tout le temps des rebondissements, des coups de théâtres, le mystère n’est jamais révélé digne d’un bon livre.

Bande son

Une bande son très bien avec des doublages français mais Ubisoft nous à laissé des phrases en italiens pour s’y croire sur ce point les avis peuvent divergé, les thèmes musicaux sont très en accord avec la Renaissance. Ce que personnellement j’ai aimé de la part d’Ubi c’est que pendant que l’on se balade dans les villes italiennes des passants font des commentaires qui mettent le sourire aux lèvres pendant que l’on grimpe comme « Il à forcé sur la bouteille celui-là » ou bien « Il c’est échappé d’un cirque, ce n’est pas possible« .

Ma note

Ma note que je délivre à ce jeu est de 18/20 se qui n’est pas volé pour un jeu de cette envergure.

A voir aussi

Miniature Sniper Elite III

Test – Sniper Elite III

La franchise Sniper Elite s’étoffe d’un nouvel épisode bien loin des pavés de la ville ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *