Compte rendu de l’event Bioshock Infinite

Bioshock Inifnite

Direction Columbia en ce Mardi 5 Mars en fin d’après-midi aussi luxueuse et mitigée que le jeu en lui-même. Comme le temps s’y prêtais j’ai pu, en arrivant, admirer la beauté de l’hôtel quatre étoiles qui a accueilli les blogueurs et les journalistes venu tâter le bourrinisme de Booker et sauver la belle Elizabeth. Et c’est en haut d’un superbe escalier qui plaira aux plus narcissiques que j’arrive dans le salon remplie de PC installé pour l’occasion. Je dois l’avouer, à peine j’ai eu le temps de m’asseoir qu’il fallait déjà nous diriger vers la salle de projection. Car, oui, dans ces hôtels quatre étoiles il y a des salles de cinéma plus luxueuse que n’importe quelle salle du Gaumont.

Une fois à l’intérieur, le co-fondateur de Irrationnal Games et créative-director de la saga Bioshock, monsieur Ken Levine fait son apparition. Viens alors, le traditionnel discours, où Ken Levine, nous vante les qualités et nouveautés de son futur jeu avec en prime deux trailers que tout le monde a déjà vu sur internet.

Après toutes ses émotions et le fait que le jeu semble être très beau , il est temps de voir une séquence de gameplay située au début du jeu lorsque l’on fait la connaissance d’Elizabeth, une jeune fille au passé rappelant le destin des princesses de Disney. Dans cette séquence on se rend compte de l’ambiance glauque et oppressante du titre, on est dans un Bioshock ça c’est sûr.  Les gens présent dans le jeu sont fous, horribles et votre seule envie finalement, sera d’exterminer ce peuple de dégénérés. Remarquez que j’évite de spoiler, toujours est-il que vous rencontrez Elizabeth avant de sombrer dans les abîmes.

 

Bioshock Infinite-

Une fois la projection terminée, il est temps de remonter pour se restaurer et se désaltérer. C’est à ce moment là, que j’ai pu discuter avec quelques blogueurs, prendre quelques photos avec la fameuse griffe pour les tyroliennes et regardé d’autres s’essayer au jeu sur les PC de guerre. Puis, je me suis quand même décidé à prendre la manette pour pouvoir découvrir ce que ce Bioshock Infinite a vraiment dans le ventre.

Le jeu est beau, beau mais il manque quelque chose pour être au niveau dans Crysis ou d’un Tomb Raider. Bioshock Infinite est dans la lignée des précédents, des couleurs pastels, des jeux de lumière impressionnants et des personnages malsains derrière leurs sourires. Le jeu est optimisé et fluide pour permettre au joueur d’admirer la ville volante de Columbia et de, pourquoi pas, s’imaginer habiter à l’intérieur. Tous les effets comme le feu, l’eau ou la lumière sont réalistes, j’ai trouvé ça incroyable.

Mais, vingt minutes, c’est un peu juste et je n’ai pas pu voir grand-chose du gameplay. Mais à première vu, ça reste du Bioshock avec ses pouvoirs et ses armes à feu typiques, le tout dans le pure style steampunk du siècle dernier. C’est fluide, punchy et assez malsain lorsqu’on découvre le pouvoir du feu en se cramant la main la première fois. Et l’on ressent beaucoup notre coté humain avec un héros qui est plus léger et moins mécanique que dans Bioshock 2.

Je pense que sa sera l’ambiance qui décidera si le jeu est bon ou non car les premières séquences de gunfight rappellent les films de Michael Bay qu’un jeu subtil et passionnant. C’est le pitch, les bruitages et toute la structure du jeu qui fera de Bioshock Infinite un très bon jeu ou alors une énième déception en ce début d’année. Enfin on verra ça le 26 Mars prochain lorsque le jeu sortira sur 360, PS3 et PC !

Je tenais a remercier grandement @Donwar74 de Pocket-collection pour s’être déplacé à l’évent et avoir écris ce compte rendu.

Incoming search terms:

  • bioshock infinite

3 commentaires

  1. Je suis pas plus avancé après ton test. Jamais joué à cette licence et pas eu l’occasion de tester le jeu. Le pire c’est que t’es le Nième à poster ce genre de billet, dans le sens où ils sont peux nombreux les blogueurs à avoir pris une position tranchée. Probablement que personne n’a eu vraiment le temps de le tester profondément.

    • Bonjour Nomac,

      Je ne sais pas si tu as remarqué, je ne suis pas l’auteur de l’article. C’est un reporter qu’il y est allé à ma place. Et, je suis dans la même situation que toi, je n’ai jamais joué a la licence. Après, il serait un peu fou de prendre une position sur le jeu alors qu’il n’a pu le tester que pendant vingt minutes, et que ce n’est pas encore la version définitive. Je pense qu’il faudra attendre la première semaine d’avril pour avoir des bons tests claires et précis sur ce que vaut le jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *